Agri44
Accueil > Actualités

Élevage - Enfin une amélioration de la rentabilité pour l’élevage allaitant spécialisé

Le 07/03/2023 à 10:25 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

La chambre d’agriculture Pays de la Loire propose une actualisation 2022 des cas-types en élevage allaitant.

Les cas-types illustrent la diversité de l’élevage dans l’Ouest de la France, avec des systèmes naisseurs, naisseurs-engraisseurs et engraisseurs de jeunes bovins (JB), conduits en agriculture conventionnelle ou en agriculture biologique. Ces cas-types sont la modélisation de systèmes dans le cadre du dispositif Inosys Réseau d’élevage bovins viande Ouest. L’expertise s’appuie également sur les bases de données IPG, Normabev et des différentes études réalisées. Le cas-types est élaboré à partir des résultats d’élevages pivots observés, avec des performances animales légèrement supérieures à la moyenne. Ils sont décrits en cohérence avec le potentiel pédoclimatique et les moyens de production (la conduite du troupeau, les surfaces et le travail) et sont caractérisés par mode de production (agriculture biologique ou conventionnelle), par race et par valorisation des animaux. Les exploitations sont toutes dimensionnées pour un travailleur.

Les cas-types servent :

  • à la description des principaux systèmes de production régionaux ;
  • au conseil, au développement et à l’installation : ils apportent des repères technico-économiques ;
  • à l’analyse des conjonctures économiques : ils sont actualisés chaque année pour mesurer l’incidence des conjonctures sur le revenu à système constant ;
  • à la réalisation de simulations prospectives : la modélisation détaillée du cas-type permet le chi rage d’hypothèses techniques ou économiques.

Quels sont ces cas-types ?

Les caractéristiques communes aux neuf cas-types sont : une exploitation individuelle avec 1 UMO totale. Les systèmes :
  • les naisseurs finissent toutes les femelles et vendent les mâles en broutards ;
  • les naisseurs-engraisseurs de JB finissent toutes les femelles et tous les mâles ;
  • l’engraisseur finit des taurillons à partir de broutards achetés.
Les résultats 2022 sont donc chiffrés à système technique constant en intégrant l’évolution des prix des matières premières et des produits sur l’année civile. L’évolution des prix de vente des animaux, des produits végétaux, des aides découplées et couplées perçues pour l’année permet d’actualiser les produits de l’exploitation. Les variations des prix des intrants, des biens et ser-
vices, retenues pour l’actualisation des charges suivent les tendances nationales
issues
de l’Ipampa Viande bovine.

Faits marquants de l’année 2022

Si le printemps 2022 a permis une mise à l’herbe précoce, l’année reste marquée par une sécheresse doublée d’une canicule. Le manque d’eau et les fortes températures ont entraîné une baisse des récoltes d’herbe et de maïs de 20 à 30 % selon les secteurs avec un affouragement plus précoce au champ. L’automne doux et la pluviométrie en fin d’année ont permis un pâturage tardif de qualité. Globalement, il y a eu peu d’achats de fourrage grâce au report de stocks de 2021. L’année 2023 ne bénéficiera pas de cette sécurité. Le manque d’eau a pu pénaliser
les cultures de vente avec des rendements hétérogènes.

En 2022, la viande et les céréales ont bénéficié de cours très favorables avec des hausses importantes à l’exception des produits bio. Ainsi, la vache de réforme augmente de 10 à 23 % selon la race et les céréales augmentent de 25 %.

Le prix de l’énergie flambe notamment. Les charges sont en hausse et, en particulier, l’aliment du bétail (+26 %), l’engrais (+72 %) et le carburant (+59 %). La décapitalisation du cheptel laitier et allaitant en France continue en 2022. Le manque de disponibilité en viande bovine française est compensé par la progression des viandes importées. La consommation globale de viande bovine en France se maintient.

  • Prix de vente Bovins viande 2022/2021 (évolution des cotations)
En race charolaise, le prix moyen des broutards a augmenté de 27 % en 2022 (3,31 €/kg en 2022 contre 2,62 €/kg vif en 2021). L’année 2022 est en effet marquée par une évolution record du maigre avec une hausse de 25 % entre le début et la fin de l’année. Les prix ont été particulièrement favorables à partir de mai 2022 (avec un prix maximum atteint de 3,50 €/kg à l’automne), sans baisse saisonnière. Les prix Entrée abattoirs des JB ont eux aussi fortement augmenté (+29 % en charolais) du fait de la raréfaction de l’offre, aussi bien en France qu’à l’export. Ils ont progressé de 4,60 €/kg en janvier 2022 à 5,50 €/kg en décembre, pour les jeunes bovins U.

Côté vaches de réforme, la diminution du cheptel et le retour de la consommation en restauration hors domicile ont entraîné automatiquement une diminution de la proportion de viande origine France. En effet, les importations, principalement intra-communautaires, ont augmenté de 22 %. Les prix sont passés de 4,90 €/kg en début d’année à 5,68 €/kg en fin d’année pour la vache U (+16 %). On constate en charolais une augmentation notable de 23 % entre 2022 et 2021 alors qu’elle n’est que de 10 % en race blonde d’Aquitaine.
  • Les charges ont absorbé une partie de la hausse du produit
L’azote minéral, le carburant et les aliments achetés ont continué leur augmentation démar-
rée l’année dernière. Dans ce contexte, les systèmes les plus autonomes et moins consommateurs d’intrants restent les plus résistants face à la hausse des charges.
  • Une rentabilité qui s’améliore enfin
L’hétérogénéité de la hausse des prix de vente explique, en partie, les écarts de variations d’EBE. Les races ayant connu une forte revalorisation ont bénéficié d’une hausse significative d’EBE avec notamment +23 % en charolais en systèmes naisseur et naisseurs-engraisseurs. A contrario, en race blonde d’Aquitaine, l’EBE ne progresse que de 2 % chez le naisseur et de 12 % chez le naisseur-engraisseur.

Pour consulter l'actualisation complète, cliquez ici : https://pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr/

CHRISTOPHE GROSBOIS
POUR L’ÉQUIPE RÉSEAU VIANDE PAYS DE LA LOIRE

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS
Formulaire dérogation intempéries octobre 2023
Formulaire épandage

Vidéo de la semaine

Conjoncture laitière Cniel - janvier 2024
Les unes de la LAA
LAA du 16/02/24LAA du 09/02/24LAA du 02/02/24LAA du 26/01/24LAA du 19/01/24LAA du 12/01/24LAA du 05/01/24LAA du 22/12/23LAA du 15/12/23
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2024
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08