Agri44
Accueil > Actualités

Interview - Nicolas Sébilo, administrateur à l’Association des producteurs de lait Pays de la Loire Bretagne Lactalis (APLBL) pour la section Loire-Atlantique

Le 01/03/2024 à 11:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Interview - Nicolas Sébilo, administrateur à l’Association des producteurs de lait Pays de la Loire Bretagne Lactalis (APLBL) pour la section Loire-Atlantique

« Le risque aujourd’hui, c’est que Lactalis tire tout le monde vers le bas »

Lactalis a été ciblée lors des opérations de vérification des prix et des origines dans les GMS, lors de la manifestation vendredi dernier. Pourquoi ?

Parce que le lait n’est pas payé au prix qu’il devrait. Aujourd’hui, le prix est négocié avec l’Unell à Paris en médiation mais il n’y a pas moyen de s’entendre. Dans la formule de calcul qui intègre le prix de revient (qui n’est pas le prix final qu’on demande, attention), on est à 484 € et Lactalis reste à 465 €. Dans le prix final, Lactalis reste sur 405 € en janvier-février et alors que la formule nous donne 430 €/1 000 litres. On a eu une réunion de médiation le vendredi où il n’est rien ressorti et le samedi matin, on voit Lactalis qui annonce qu’ils nous accordent 15 € de plus. Ils savent parfaitement ce qu’ils font. Ils nous ont imposé leur prix. Même Sodiaal, qui est sur les mêmes marchés que Lactalis, paie 440 €. On se fiche de nous, ce n’est pas une négociation ! Lactalis devrait être en haut du panier et on est tout en bas.

C’est un manque de considération ?

On se moque de nous. On fait remonter aux techniciens de secteur, mais même eux ne sont pas écoutés. Les prix ne sont vus qu’à Paris avec le directeur et le sous-directeur. Ils méprisent tous ceux qui sont en dessous, nous avec. Au salon de l’agriculture, ils ont des vigiles à chaque entrée de leur stand qui ressemble à une prison. Ça veut tout dire ! Le numéro un mondial ne se comporte pas comme un leader !

Quelles sont vos demandes ?

On leur a demandé d’aller chercher 5 % aux grandes surfaces et ça se passera bien. Mais eux nous ont dit qu’ils n’avaient demandé que 1 %. Le risque, aujourd’hui, c’est que Lactalis tire tout le monde vers le bas. L’année dernière, ils nous avaient payés correctement et Sodiaal moins et leur avait piqué des marchés. Aujourd’hui, Lactalis fait l’inverse pour récupérer des marchés sur le dos des producteurs. 

Pour que tout le monde s’y retrouve, il faudrait un minimum de 450 € comme les autres car il ne faut pas que Lactalis décroche. Ça serait dangereux pour toute la profession. 


Propos recueillis par Delphine Cordaz

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS
Formulaire dérogation intempéries octobre 2023
Formulaire épandage

Vidéo de la semaine

Conjoncture laitière Cniel - janvier 2024
Les unes de la LAA
LAA du 24/05/24LAA du 17/05/24LAA du 08/05/24LAA du 03/05/24LAA du 26/04/24LAA du 19/04/24LAA du 12/04/24LAA du 05/04/24LAA du 29/03/24
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2024
https://alerteagri44.fr/

En direct de la Chambre

    DÉCOUVREZ
    NOS PARTENAIRES
    >
    |
    Cliquez ici pour quitter

    CONNEXION

    Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

    Mot de passe oublié...

    Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

    Un mail vous a été envoyé.
    Vous y trouverez votre mot de passe.
    Facebook twitter Dailymotion
    Agri44

    Agri44
    Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
    44939 Nantes
    Téléphone : 02 40 16 38 08