Agri44
Accueil > Actualités

Visite - Eau : les agriculteurs dans l’action

Estelle Bescond, Journaliste LAA // 06.45.70.36.68
Le 26/05/2023 à 11:22 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Visite - Eau : les agriculteurs dans l’action

Le nouveau préfet de Loire-Atlantique et des Pays de la Loire est venu dans un élevage de bovins allaitants pour échanger avec les représentants du monde agricole sur divers sujets dont la qualité de l’eau

C’est à la ferme du Pont de Pierre, à Saffré, que le préfet nommé en janvier dernier, Fabrice Rigoulet-Roze, est venu à la rencontre des représentants du monde agricole du département (chambre d’agriculture, FNSEA 44 et JA 44), mercredi 17 mai. Ce Gaec, composé de Martin Clouet, installé en 2007 à la suite de ses parents, et d’Émilie Paillusson, installée en 2016, élève des limousines (90 vêlages par an). « La vente directe représente environ 30 % du chiffre d’affaires sur les bovins », précise Émilie Paillusson. Cet élevage naisseur-engraisseur vend également sa viande sous Label rouge et possède un atelier de veaux de boucherie (285 places par an). 

Lors de cette visite, plusieurs sujets ont été abordés, comme les difficultés de l’agriculture biologique et le plan bio annoncé par le gouvernement, les aides nationales pour l’agroéquipement, la question du foncier, la loi ÉGAlim 2 avec les discours de certains patrons de grandes surfaces, etc. « Nous sommes revenus dans l’ancien monde : les distributeurs contournent le dispositif ÉGAlim. Du côté des producteurs, il est encore difficile de mettre en place la contractualisation avec les industriels », interpelle Mickaël Trichet, président de la FNSEA 44. Le préfet, Fabrice Rigoulet-Roze, en prend note et demande qu’on lui fasse remonter des « faits concrets ».
 

Projet de classement en ZAR

Mais le sujet central de cette rencontre était l’eau. David Forget, agriculteur à Abbaretz, a présenté l’association Agri Eau Saffré qu’il préside. Créée en 2016, cette dernière a pour objectif de représenter les agriculteurs concernés par le captage d’eau potable de Saffré. « Sur la qualité de l’eau, nous avons co-construit la charte Tous Innov’acteurs, nous avons mené des essais de plein champ concernant la problématique phytosanitaire (binage, pulvé nouvelle génération), etc. Le zéro phyto, on n’y arrive pas du jour au lendemain car nous faisons face à des impasses techniques mais nous croyons en ces nouvelles technologies », indique David Forget. À la ferme du Pont de Pierre, la conduite des cultures se fait en agriculture de conservation des sols depuis huit ans avec un semis direct sous couvert en céréales et maïs. « Avec ce système, notre objectif est de conserver la vie du sol et la qualité de l’eau. Sans glyphosate, nous serions obligés de revenir au travail du sol et ce n’est pas ce que nous voulons », souligne Martin Clouet. 

Situées dans une zone de captage, certaines de ses parcelles vont être repensées. L’agriculteur réfléchit à la pose d’ombrières pour allier élevage et production d’énergie « et ainsi compenser la perte économique de ces parcelles ». Pour la maire de Saffré, Marie-Alexy Lefeuvre, « la concertation est importante pour amener un dialogue sur ces enjeux-là et sur les zones de captage où nous aimerions voir des systèmes vertueux ». La discussion s’est poursuivie avec le projet de classement de la commune en Zone d’action renforcée (ZAR) « nitrate ». « Prochainement, nous aurons une réunion pour poser les éléments de concertation. À l’issue, un projet sera mis sur la table et une consultation institutionnelle sera déployée jusqu’à la fin du mois d’août », rappelle le préfet qui demande aux représentants du monde agricole « s’il y a un classement en ZAR, qu’est-ce que ça change concrètement pour vous ? ». Augmentation de la taille de la bande enherbée, baisse de production, frein sur les projets de drainage, baisse des installations de jeunes agriculteurs... Les responsables ont listé les différentes conséquences que ce classement pourrait avoir sur les 102 sièges d’exploitation situés dans la zone de captage de Saffré. « Le monde agricole en a marre d’être montré du doigt et de mener des projets qui n’aboutissent pas. Sur ce projet de classement en ZAR, pourquoi, dans un premier temps, ne pas mettre la zone de captage sous surveillance ? On se donne trois ans, on fait un bilan et on agit en conséquence », affirme Alain Bernier, président de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. Le préfet attend une documentation précise sur les impacts de ce classement en ZAR. Le président de la FNSEA 44 s’est engagé à revenir vers lui.

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Conjoncture Laitière Cniel - Mai 2024
Les unes de la LAA
LAA du 07/06/24LAA du 31/05/24LAA du 24/05/24LAA du 17/05/24LAA du 08/05/24LAA du 03/05/24LAA du 26/04/24LAA du 19/04/24LAA du 12/04/24
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2024
https://alerteagri44.fr/

En direct de la Chambre

    DÉCOUVREZ
    NOS PARTENAIRES
    >
    |
    Cliquez ici pour quitter

    CONNEXION

    Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

    Mot de passe oublié...

    Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

    Un mail vous a été envoyé.
    Vous y trouverez votre mot de passe.
    Facebook twitter Dailymotion
    Agri44

    Agri44
    Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
    44939 Nantes
    Téléphone : 02 40 16 38 08